RMB actualise son baromètre Radio

Comment se comporte la radio « traditionnelle » ? Quelles sont les grandes évolutions du média ? RMB réunit différentes données d’audience en Belgique dans son baromètre Radio, désormais à jour avec les chiffres de la première vague CIM 2017.

Avec 70% de couverture quotidienne dans le Nord et 78% dans le Sud, la radio reste consommée massivement. En dépit d’une offre audio alternative grandissante, le daily reach du média diminue à peine au Nord (-1 point vs 2016) et progresse même légèrement au Sud (+2 points vs 2016). Avec une moyenne de 3h28 dans le Sud et de 4h27 dans le Nord, la durée d’écoute demeure impressionnante. Les 55 ans et plus sont les consommateurs radio les plus gourmands : jusqu’à 5h d’écoute quotidienne dans le Nord.

Les nouveaux devices mobiles rendent accessible la radio à peu près n’importe où. Cependant, c’est à la maison que s’écoute davantage le média. Tant dans le nord que dans le sud du pays, 60% du volume radio se consomme à domicile. Le 2ème lieu d’écoute privilégié diffère chez les néerlandophones (21% du volume au travail) et les francophones (22% du volume en voiture). Chiffres stables au Nord comme au Sud depuis 2015.

L’écoute via Internet reste encore très faible mais progresse constamment : 8% (7% en 2016) du volume radio s’effectue via Internet dans le Sud contre 10% (8% en 2016) dans le Nord. Avec 12% du volume radio total au Sud et 14% au Nord, la pratique est plus répandue chez les 12-24 ans. En ce début de 2017, c’est auprès des 45-55 ans, que le volume de la radio online a le plus progressé : +29% dans le Sud et +58% dans le Nord. La tranche du matin 9h00-12h00 est celle qui absorbe la plus large part du volume radio online (27% dans le Sud et 29% dans le Nord).

Dans le volume radio total consommé, le poste de radio traditionnel et l’autoradio se tiennent au coude-à-coude. Pour le poste classique : 37% du volume dans le Nord et 36% dans le Sud. Pour l’autoradio : 38% du volume chez les néerlandophones et 36% chez les francophones. Le smartphone se place timidement dans le TOP 5 avec 4% (Nord) à 5% (Sud) du volume radio absorbé. Chez les 12-34 ans, le téléphone atteint les 12% du volume global radio consommé dans le Sud et 8% dans le Nord (+1 point pour les deux régions).

En bref, la consommation radio classique radio reste la favorite des Belges.